Pas encore inscrit ?!

Yayoi Kusama, l'artiste aux plusieurs facettes expose.

Posté par @melanie le dimanche 20 novembre 2011

Le centre Pompidou à Paris organise la première rétrospective française consacrée à une artiste japonaise hors-paire. Son ou plutôt ses talents ont été maintes fois approuvés par la scène artistique de l’orbite planétaire. Retour Yayoi Kusama une artiste de pois.

Née à Matsumoto en 1929, l’artiste décide de se marier à la peinture. L’union devient plus officielle lorsque cette dernière intègre l’école d’art de Kyoto. L’étudiante en art achève son cursus en 1957 et décide de s’envoler à New York en 1958 avec déjà quelques expositions à son actif. Atypique, mémorable, iconoclaste, les adjectifs manquent pour décrire la diversité et l’originalité du personnage et de l’intégralité de son oeuvre. Classée dans l’ère minimaliste et du pop art, trois couleurs récurrentes dominent dans les productions de la plasticienne : le noir,  le rouge et le jaune.

A vrai dire, c’est une femme de gout. Elle aime les pois.  Dès la pièce à l’entrée toute  parsemée, c’est clair, le ton est bel et bien donné. Petits, collés, peins, fluorescents voire disproportionnés, ces derniers tapissent ses œuvres. Cette touche personnelle de Yuyoi apparaît sans doute comme la différenciation. Des bandes vidéo montrent une séance de body painting où les gentes dames et les jeunes damoiseaux se plaisent à peindre des tâches arrondies multicolores de la tête au pied. Certaines scènes frôlent l’orgie.

Au total l’exposition offre aux visiteurs plus de 150 œuvres à admirer réalisées entre 1949 et 2011.

La démesure s’exprime dans Infinity, un monochrome blanc de plus de 10m. Dans la salle rouge à petit pois (bien entendu) avec d’énormes ballons en hélium. Atterissage immédiat dans une nouvelle galaxie. Dans un autre temps l’installation lumineuse Infinity Mirror Room (1965), propulse le visiteur dans un autre monde où les repères s’estompent. Le miroir renvoie à un symbole fort dans l’imaginaire traditionnel au Japon. Laissez y libre cours au rêve et à la déperdition.

Dans nombreuses installations, le visiteur reconnaît aisément des sculptures en forme de phallus. Notamment dans cette boite noire aux mille photos Aggregation: One Thousand Boats Show (1963) avec en son centre grandeur nature un bateau blancsurmonté de formes diverses. L’installation impressionnera Andy Warhol par sa protubérance.

Puis, entre 1967 et 1969, les performances de Kusama descendent dans la rue. Confrontée au  public, dans les rues de Manhattan, allongée dans la rue, les passants s’arrêtent . Les manifestations s’organisent en plein mouvement hippie et anti guerre au Vietnam. La jeune Japonaise utilise des produits de  consommation comme le dollar et dénonce la société à travers ses actions.

Retour définitif  au Japon en 1973 pour la plasticienne où elle entreprend des oeuvres à base de collages. Cette période voit naitre des créations plus sombres plus dépressives.

Yayoi à Paris ! Il était temps. Après 11 ans d’absence sur les devants de la scène culturelle française, Yayoi Kusama repart à la conquête de la capitale. La notoriété de l’artiste s’est révélée quelque peu tardive puisqu'elle obtient une reconnaissance vers dans les années 1980 après sa première exposition en Europe au musée des Beaux-Arts de Calais en 1986. A 82 ans l’artiste entretient sa radicalité et son décalage. Précurseur du pop art et avant-gardiste,  Yayoi Kusama est incontestablement l’une des grandes figures de l’art contemporain.

© P Migeat

© Dots obsession, Infinity mirrored Room, 1998 obsession Pois/points. salle des Reflets Infinis Installation. Peinture, miroirs, ballons, adhésifs, hélium. 280 x 600 x 600 cm Les Abattoirs Toulouse ©Jean-Luc Auriol

© my flower Bed, 1962 mon lit-fleur Ressorts de lit et gants de coton peints, 250 x 250 x 250 cm Centre Georges Pompidou, Musée national d’art moderne, Paris Yayoi Kusama allongée sur l’œuvre dans son atelier de New York, v. 1965

© eyes of mine, 2010 yeux des miens Acrylique sur toile, 194 x 194 cm Coll. de l’artiste Courtesy Yayoi Kusama Studio, Tokyo

Comment vous sentez vous aprés avoir lu cet article


© 2011 Japan Vibes. All rights reserved. Japan Vibes utilise le framework Wordpress pour l'édition de ses articles.

Japan Vibes